Le PÉROU: toute une aventure en famille!
Voyage au pays des Incas avec les enfants: trois semaines de rencontres, d'émerveillement, de dépaysement et d'aventures!

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Rubriques


Sites favoris



News : Visitez Film streaming gratuit sans limite pour regarder d'autres Voir film en streaming vf gratuit sur vk.com, Netu.tv et Youwatch.org : News : Visitez Film streaming gratuit sans limite pour regarder d'autres Voir film en streaming vf gratuit sur vk.com, Netu.tv et Youwatch.org

Canyon del Colcá: Jour 1, Llahuar trek

Samedi, nous sommes partis très tôt en 4 x 4 avec la famille et le chauffeur, Alfónso. Ils ont installé les gros sacs à dos sur le toit, car nous n'aurions pas eu de place pour asseoir tout ce beau monde!

 

 
Nous partons, tout va bien, les paysages sont beaux, le volcan Misti au loin, quelques montagnes enneigées. Puis, la route asphaltée se change en route de terre, et nous sommes maintenant hauts en altitude, entourés de montagnes. 
Audrey a mal au ventre, je crois que c'est la fatigue et non le  mal d'altitude. J'ai peur qu'elle vomisse et je le dis à Pilar (la maman). Elle dit à Victor de sortir son médicament. Il sort une bouteille blanche qu'il ouvre rapidement. Il fait couler le liquide transparent dans ses mains, les frotte très fort, les frappe ensuite ensemble et dit à Audrey d’en respirer l'odeur. On le fait sentir à Sophie en même temps, tant qu'à y être!!! Ils nous disent que c'est une recette maison de sa mère pour contrer les effets du mal d’altitude!
 
On continue la route, Audrey est couchée sur moi. Soudain, on passe dans un gros nid-de-poule et on s'immobilise: on a une belle crevaison!!! Nous sommes sur une route où il ne passe une voiture qu'aux 10 minutes, où il fait froid (2 degrés) et où Victor nous dit qu'il ne faut pas que les enfants respirent trop l'air extérieur, car nous sommes environ à 4000 mètres d’altitude.
Bon, moi je sors, car j'ai envie de pipi, alors je fais mon premier pipi en nature. Il n'y a pas d'arbres, alors allons-y pour un buisson! On se cachera une autre fois!
 

 
Les gars travaillent sur le pneu de rechange difficile à prendre, car ils n'ont pas les bons outils. C'est difficile et long. Environ 45 minutes plus tard, on repart. Steve n'est pas convaincu de la solidité de tout ça...
Et comme il le pensait, les gars n'avaient pas les bons outils et les boulons n'étaient pas vissés parfaitement... Alors, oh! surprise, on passe dans un autre trou et on perd une roue!!! Ouiiiiiiii, la roue nous dépasse!!!
 
Bon, pas de panique, nous sommes seulement au milieu de nulle part... ;o)

Tout le monde descend, car on est un peu plus dans le trouble... l'aile aussi est tombée... on a perdu des boulons... on cherche les boulons...
 

 
Il fait froid, mais les filles sortent et font leurs premiers pipis dans la nature. Elles jouent avec Leonardo et Illary, ils courent dans les buissons et chassent des sauterelles. Bref, tout va bien pour les enfants.

 
Passe une voiture, qu'on s'empresse d'arrêter. C'est un docteur et sa fille de 11 ans qui s'en vont à Chivay, là où nous allons. Ils ont l'outil dont les gars ont besoin. Parfait!
Victor décide de nous faire embarquer avec ces gens pour aller à Chivay et pour enlever du poids dans le Jeep. Nous avons fait 1 heure de route avant d'arriver au village. Nous déjeunons sans eux, car nous ignorons combien de temps ils mettront avant de venir nous rejoindre. 
 

 
Ensuite, nous avons marché dans le magnifique petit village. On a rencontré des gens et on a fait la jasette.
 
 
 
Nos amis sont finalement arrivés 40 minutes plus tard. Alfónso est allé au garage et Pilar a acheté des provisions au marché.
 
 

On a rencontré 2 jeunes filles de 8 ans qui se baladaient avec un mignon petit alpaga de 3 mois. Elles étaient vêtues de robes et de chapeaux traditionnels. Trop cute!
 

 
Victor a voulu qu'on dine avant de reprendre la route, car nous n'avions plus d'arrêts à faire par la suite. Nous n'avions pas vraiment faim puisqu'on venait de déjeuner. Et le resto était très ordinaire. On a mangé de la soupe...
 

 
On repart à 13h00. Retard sur notre horaire et beaucoup de route à faire.
Alfónso veut nous emmener le plus près possible pour le trek, pour qu'on n'ait pas trop à marcher avant la noirceur qui s'installe à 18h. On s'enfonce dans le canyon de plus en plus, bref 2 heures de descente plus tard en Jeep, on débarque et on se prépare pour commencer le trek. 
 
 
Il est 16h00. Pas de temps à perdre. Au départ, il y a un pont à traverser, mais pas n'importe quel pont... le genre de ponts que ma mère n'aurait jamais traversé de sa vie! Et oui, Indiana Jones peut aller se recoucher! Un pont avec planches primaires et certaines sont manquantes... les côtés sont faits de petites branches disposés en X. Toute une expérience pour partir!
 
Puis, nous marchons dans de petits chemins bordés de cactus. Nous nous dépêchons pour arriver avant la tombée de la nuit, donc on ne prend pas le temps de se reposer, de boire ou de manger.
 
 
 
On prend quand même quelques instants pour prendre des photos, le paysage est tellement beau!
 
 
 
Finalement, nous avons marché pendant 2 heures avant d'arriver. Les derniers pas se sont faits dans la noirceur et toujours, toujours à flanc de montagne. Chemins très étroits. Mon coeur de mère en a eu pour son argent!
Les gens du lodge sont venus nous aider pour les derniers pas dans la noirceur. Les filles étaient super bonnes! Et moi je stressais de les voir marcher si près du ravin!
-2 photos prises le lendemain matin!-
 
   

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Arrivés au Lodge, il n'y a que 3 touristes: un couple de Français et une Américaine de 38 ans qui voyage en solo. On relaxe avec elle et on jase en anglais. Cela devient mêlant de parler en anglais avec elle, en espagnol avec Victor et en français entre nous 4...
 
 
 
 
 

Les filles courent dans le noir avec leurs amis. Ils essaient d'attraper les 2 chats du Lodge.
Elles parlent une langue qui consiste à prendre les mots français et à les prononcer en espagnol. Cela donne ceci:

"El papillone"
"La mano es blessée"
"Por les (laisse) parents"

 
Steve est bien content d'avoir suivi un cours d'espagnol avant de partir, cela lui permet de piquer une petite jasette avec les gens! Il nous sort aussi des nouveaux mots, comme "apprentición" et "retournamos".
 
Les proprios du Lodge, avec l’aide de Pilar, nous ont préparé une soupe poulet et nouilles et ensuite de la truite avec du riz, et en final, toujours le fameux Maté de Coca (eau chaude avec des feuilles de coca), qui selon Victor donne de l'énergie, enlève les maux de tête et les maux de ventre. Alors, on ne prend pas de chance et on boit toujours le Maté quand on nous le propose!
 
 
 

 
Nous nous couchons dans notre hutte sur terre battue à 21h, dans de beaux lits surélevés, après avoir fait un beau pipi sur une vraie toilette, mais dans une hutte sans lumière et sans barrure de porte, ce qui stresse toujours un peu nos filles...
 
Voilà pour cette première journée de trek! Conclusion: il faut toujours savoir s'adapter aux changements de programme!!!
  

Publié à 14:06, le 12/05/2010, Arequipa
Mots clefs : Llahuar trekCabanacondeChivayPerouarequipaCanyon del ColcaPeru
Lien

Canyon del Colca: Jour 2, Oasis Del Colcá

 

Bon, la nuit a été fraîche, je n'ai pas bien dormi, mais c'est correct.
 
On se lève à 6h et on descend près de la rivière pour essayer la piscine chaude (bains thermaux) avant le déjeuner. Wow! Ça fait du bien! La famille de Victor est avec nous, on s'amuse.
 
 
 
 
On déjeune à 7h30, avec un peu de retard sur notre horaire. Au menu, crêpes à la confiture de fraises et maté de coca.
 

 
 
On commence le trek vers 9h30, alors qu'on voulait partir vers 8h pour ne pas marcher sous le chaud soleil dans le canyon.
 
Les filles ont une mule pour les deux. Mais contrairement en Jordanie, elles ne sont pas assises sur la mule mais dans des paniers de chaque côté de l'âne, c'est mignon comme tout.
 
 
On part 30 minutes avant les enfants, car les mules marchent très vite. On est avec Jessica et Pilar. On monte et on monte, et cela ne prend pas de temps que les enfants, Victor et le muletier nous dépassent. On se demande comment ils peuvent marcher aussi rapidement.
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
Le canyon est très impressionnant et les montagnes sont immenses. On est si petit. On rejoint finalement les enfants en haut vers 12h30.
 
 
 

La semelle de la botte de Pilar est toute décollée, alors on lui organise une botte de fortune avec des lacets et du "tape"... On se repose, on mange un peu, on fait un pipi et on apprend que les mules ont fini leur travail.
 
Les enfants devront donc marcher le reste du trajet. On pensait pourtant avoir payé pour la journée... Bon, pas de problème, nos filles sont capable de marcher!
 
On se dit qu'on ne doit pas être trop loin du Lodge Oasis avec piscine...
Mais, en fait, c'est assez loin. (on le voit sur la photo de droite, tout en bas...)
 
  
 

Heureusement, c'est de la descente, donc cela ne demande pas d'effort, mais le terrain est glissant, car ce sont des roches sur de la terre. On ne va pas très vite, et Victor décide de nous dépasser avec Léonardo. Il nous dit: "On se rejoint là-bas"...
 
Nous sommes un peu fâchés, car on ne voit jamais d'indications, on ne veut pas prendre de mauvaises directions...
 
mais ce n'est pas la fin du monde...
 
On marche avec Pilar et on pense toujours qu'on va bientôt arriver, mais ca ne finit plus.
 
Les filles sont rouges comme des tomates... Elles portent désormais leurs gilets de pyjama, car elles commençaient à avoir les bras rouges en manches courtes...
 
 
 
 
On voit la piscine tout en bas et cela nous encourage!
 
 
On croise une personne vers la fin, donc on peut demander notre chemin pour arriver au bon endroit! On arrive à 15h, exténués, sans avoir dîné... 
 
L'hôtesse du Lodge L'Oasis, Gladis, nous donne notre "chambre" avec 4 lits cette fois-ci. Hutte sur terre battue avec lits confortables. 
 
 
 
Les lieux sont magnifiques! Palmiers, gazon, chutes d'eau, piscine.
 
 
 
 
On se dépêche de mettre nos maillots, on a tellement eu chaud. Mais le soleil ne brille plus sur la piscine, car il est déjà derrière la montagne, donc on réussit à se tremper et c'est tout. Pas de grande baignade. Dommage!
 

 
 
On soupe tôt, vers 17h. Victor et Pilar ont mis au menu: gros maïs (pas très bons, car non sucrés et secs) et fromages. On n'est pas trop certain si on peut manger du fromage, alors on y goûte juste un peu.  Puis, on mange une soupe repas fait avec du lait, des tomates, des oignons, du fromage et une grosse patate. Pas terrible, terrible, mais on a besoin d'énergie, alors on mange! Et le fameux Maté de Coca pour terminer!
 
Nous sommes tellement fatigués que nous nous couchons à... 19h03!!!
 
Nous devrons nous lever tôt demain, car il faudra faire seulement de l'ascension pour se rendre au village de Capanaconde, où Alfónso nous attend...

Et marcher sous le soleil tapant n’est pas une option!


Publié à 16:07, le 11/05/2010, Cabanaconde
Mots clefs : oasis du colcaCanyon del ColcaLlahuar trekCabanacondeChivayPerouarequipaPeru
Lien

Canyon del Colcá: Jour 3, Mirador Cruz del Condor

Lundi matin
 
Il a fait encore froid cette nuit, cela m’a empêchée de bien dormir.
 
Nous nous réveillons à 4h30, car nous voulions partir à 5h00. Mais c'est difficile de respecter ce délai.
 
Il fait très noir, on mange des barres tendres. Pas de déjeuner de prévu pour pouvoir partir très tôt. Victor nous a quand même préparé un Maté de Coca!
 
D'ailleurs, la vingtaine de touristes font la même chose que nous et se préparent à partir. Ce lodge est un endroit plus achalandé que celui d'hier.
 
Cette fois-ci, Steve et moi avons pris une importante décision: comme les enfants, je prendrai une mule! Les treks du Pérou et les treks du Québec sont vraiment différents. Pas d'ombre, pas d'arbres, on monte tout le temps, l'altitude qui nous essouffle... et comme je déteste faire une randonnée qui ne fait que monter, nous avons opté pour un 50 soles (15$) bien investis.
 
Aujourd'hui, 1067 m de dénivelé! Sangalle (L'Oasis) est à 2220 m et il faut se rendre au village de Capanaconde à 3287m, où Alfónso nous attend... Le guide prévoit environ 3 heures, mais moi, je sais que j'en aurais pris 5, et sans déjeuner à moitié, je ne sais pas si j'aurais réussi. La mule le fera en 1h50 environ. Pas de niaisage, je fais comme les enfants et j'y vais pour la mule!
 
 
 
On part finalement à 5h50. Les filles sont dans les paniers, mais cette fois-ci, assises de dos et emmitouflées dans une grosse couverture. Il ne fait pas chaud, nous avons gardé nos pyjamas et avons enfilé nos vêtements par-dessus.
 
 

 
 
Steve et Pilar partent avant nous et marchent d'un bon pas. Nous les rattrapons une heure plus tard. Steve s'en sort très bien avec son genou. Heureusement qu'il a ses bâtons de marche et une prothèse au genou.
 
Je savais qu'en prenant une mule, je risquais des douleurs aux fesses, mais quand je voyais la mule qui avait chaud et qui forçait pour grimper, je me disais: "Mon Dieu, que j'ai bien fait de ne pas monter à pied!"
 
On rencontrait les touristes à moitié mort qui s'arrêtaient pour reprendre leur souffle et qui me regardaient avec envie... Mais moi, j'étais un peu gênée d'avoir choisi l'option la plus facile... Par contre, au fond de moi, je savais que c'était la meilleure solution!
 
Les filles se sont fait photographier par tout le monde, elles faisaient les "stars"! Moi, j'endurais un mal de fesses énorme avec le sourire! Je regardais le paysage, le soleil qui se levait tranquillement sur les montagnes. Magnifique! Et je me disais : « Mon Dieu que j’ai bien fait de prendre la mule!!! »
 
 
À notre arrivée au village les filles ont fait leur entrée tirée par une jolie dame!
 
 
 
Enfin arrivés! Situé sur le bord du canyon, Cabanaconde est un village plus que charmant. Cela ne fait que 30 ans que la route rejoint la région du Canyon, alors les mules sont toujours omniprésentes dans les rues et les villageois sont encore très traditionnels. 
 
Nous avons pris un bon déjeuner vers 8h00. Vous pouvez voir les feuilles de coca dans l'assiette, toujours offertes, ainsi que des tisanes et du thé ordinaire.
 
 
 
 
Steve est arrivé 30 minutes plus tard, il a fait ça comme un pro!
 
Pendant qu'il montait, il se disait que j'avais bien fait de prendre une mule et se répétait, pour se motiver: "Persévérance = succès". Il a trouvé la montée très, très difficile.
 
Steve et Pilar ont déjeuné. Il faisait chaud, alors nous avons enlevé nos pyjamas qui étaient sous nos vêtements. Alfónso, qui nous attendait, a pu remettre les bagages sur le toit.
 
 
Direction: Cruz del Condor. 30 minutes plus tard, nous arrivions. Il y avait 7-8 immenses condors qui volaient à notre hauteur. Impressionnant.
 
  
 
 
Les paysages sont époustouflants.
 
 
 
 
 
Un peu plus loin, nous sommes descendus dans un petit village, Maca, pour faire un arrêt pipi. Les filles se sont faits photographier avec un lama et un aigle sur la tête!!! Un gros 50 sous pour faire plaisir à nos filles!
 

   

 

Nous avons visité l'église du village.

 
 

 

Arrêt à Chivay pour diner. Pizza aux légumes: 40 soles.

 

Petit conseil: malgré que nous ayons opté pour un tour ''organisé'' privé (familial), nous avons constaté qu'il est très simple de s'organiser seul pour ce type de trek.  Les sentiers sont bien balisés, il y a beaucoup de lodges disponibles dans l'Oasis et ''au besoin'' il est facile de trouver les mules avec leur muletier.  Il ne reste qu'à transporter sa bouffe et se rendre en autobus à Arequipa.

 
13h: départ pour Arequipa. Gravol au menu, pour ne pas risquer de maux de coeur. Les filles dorment dans le Jeep et moi aussi. Finalement, aucun problème, les routes ne tournent pas trop et Alfónso conduit bien. On a fait un arrêt photo sur le bord de la route pour poser des vicuñas sur fond de volcan Misti. Magnifique!

 
 

 

Arrivée à Arequipa à 15h15. On fait faire un peu de lavage (4 soles)  et nous prenons nos douches.

J'ai un mal de fesses terrible, mais je ne me doutais pas que c'était si grave. Merde, j'ai des ampoules!!! Et ça brûle. Heureusement que nous avons de la pâte d'isle... j'ai peine à m'asseoir... je ne chiale pas trop, car je préfère ces plaies plutôt que d'avoir monté le Canyon!!! Mais ça fait mal en tabarouette! Désolée, aucune photo disponible!


Nous avons pris un bon souper dans un resto chic. Crème de carottes, filet d'alpaca, pain à l'ail, et gâteau au chocolat. Fine cuisine française! 55 soles!
 
 
Retour à l'hôtel. Internet ne fonctionne pas encore. Et les seuls cafés internet près de l'hôtel sont sur la rue où passent tous les taxis et les autobus. Ça sent le diésel partout. Les portes et les fenêtres sont ouvertes, donc un beau ramassis de pollution. Désolée de ne pas vous avoir écrit plus tôt, mais j'ai choisi de préserver ma santé!!!
 
Dodo à 20h00. Dernière nuit à Arequipa!

Publié à 16:08, le 10/05/2010, Cabanaconde
Mots clefs : Mirador Cruz del Condoroasis du colcaCanyon del ColcaLlahuar trekCabanacondeChivayPerouarequipaPeru
Lien
News : Visitez Film streaming gratuit sans limite pour regarder d'autres Voir film en streaming vf gratuit sur vk.com, Netu.tv et Youwatch.org